Le Folklore Brésilien

Légendes de Terra Brasilis

s'il y a un bruissement de feuilles, mais en le cherchant, vous ne trouvez rien d'autre que de empreintes de petits pas; si une belle femme à la peau cuivrée te chante du milieu d'un fleuve ; si vous pensez voir des milliers d'yeux brillants errer entre les arbres la nuit

méfiez-vous des dieux et des esprits parmi ces bois, et soyez prévenus - ceux qui ont la chance de voir leurs merveilles et de survivre ne seront plus jamais les mêmes.

Cette page est mieux visualisée dans un navigateur Web sur votre ordinateur

Partagez la magie!

curupira4 copy

" La forêt pleurait, mais aux oreilles de ces hommes à l'esprit étroit ça ressemblait à rien d'autre que du vent. Une rafale secoua les feuilles envoyant des oiseaux de toutes couleurs dans le ciel, puis se tut. Les hommes se tenaient là, regardant avec des yeux ternes et des âmes vides alors que le feu avançait, un manteau rougeoyant de destruction. Tandis qu'ils regardaient, quelque chose bougea entre les troncs anciens et sur les couches molles du sol sacré et fertile, et bientôt ils virent qu'il y avait une autre flamme. Mais celle-ci venait vers eux."

Un esprit de la forêt, une présence sauvage que de nombreux habitants prétendent ressentir ou entendre même lorsqu'elle reste invisible à l'œil. Parfois, de longs sifflets aigus peuvent être entendus à travers les arbres – un avertissement à tout homme qui vient porteur d'ignorance et de brutalité, et oublie son respect pour la Forêt. Curupira est l'une des légendes les plus connues du Brésil, même si son apparence physique peut changer d'une région à l'autre et qu'il se confond parfois avec Caipora.

J'ai grandi en lisant des histoires sur un petit homme aux cheveux de feu et aux pieds en arrière, qui amenait des chasseurs, des braconniers et des incendiaires à se perdre au plus profond de la jungle en les confondant avec ses empreintes de pas inversées et un sifflement strident qui finissait par rendre fous les gens. On entend dire que les peuples indigènes avaient le rituel de lui faire des offrandes lorsqu'ils allaient à la chasse, afin qu'il sache qu'ils sont venus de bonne foi pour qu'il les laissaient tranquilles. Comme avec d'autres esprits naturels, l'histoire a bien changé au fil des ans et par le contact avec d'autres cultures. Comme cela conviendrait probablement mieux à l'homme "moderne", des ces jours tout ce que vous avez à faire c'est de lui donner un peu d'alcool de canne à sucre ou du tabac - cela suffirait à lui faire abandonner sa mission, même si votre but dans la forêt n'a pas les meilleures intentions.

Le folklore brésilien regorge de personnages merveilleux et mystiques, prêts à aider ou à détruire le voyageur imprudent. Ici, vous apprendrez à connaître un peu certains d'entre eux - spécialement ceux qui étaient si présents dans mon enfance et qui ont toujours fait partie de mon imaginaire.

" La forêt pleurait, mais aux oreilles de ces hommes à l'esprit étroit ça ressemblait à rien d'autre que du vent. Une rafale secoua les feuilles envoyant des oiseaux de toutes couleurs dans le ciel, puis se tut. Les hommes se tenaient là, regardant avec des yeux ternes et des âmes vides alors que le feu avançait, un manteau rougeoyant de destruction. Tandis qu'ils regardaient, quelque chose bougea entre les troncs anciens et sur les couches molles du sol sacré et fertile, et bientôt ils virent qu'il y avait une autre flamme. Mais celle-ci venait vers eux."

curupira4 copy

Un esprit de la forêt, une présence sauvage que de nombreux habitants prétendent ressentir ou entendre même lorsqu'elle reste invisible à l'œil. Parfois, de longs sifflets aigus peuvent être entendus à travers les arbres – un avertissement à tout homme qui vient porteur d'ignorance et de brutalité, et oublie son respect pour la Forêt. Curupira est l'une des légendes les plus connues du Brésil, même si son apparence physique peut changer d'une région à l'autre et qu'il se confond parfois avec Caipora.

J'ai grandi en lisant des histoires sur un petit homme aux cheveux de feu et aux pieds en arrière, qui amenait des chasseurs, des braconniers et des incendiaires à se perdre au plus profond de la jungle en les confondant avec ses empreintes de pas inversées et un sifflement strident qui finissait par rendre fous les gens. On entend dire que les peuples indigènes avaient le rituel de lui faire des offrandes lorsqu'ils allaient à la chasse, afin qu'il sache qu'ils sont venus de bonne foi pour qu'il les laissaient tranquilles. Comme avec d'autres esprits naturels, l'histoire a bien changé au fil des ans et par le contact avec d'autres cultures. Comme cela conviendrait probablement mieux à l'homme "moderne", des ces jours tout ce que vous avez à faire c'est de lui donner un peu d'alcool de canne à sucre ou du tabac - cela suffirait à lui faire abandonner sa mission, même si votre but dans la forêt n'a pas les meilleures intentions.

yara curupira size

"La trahison était plus grande qu'elle ne pouvait supporter. La jalousie et la haine de la tribu, l'incrédulité du père, la condamnation injuste. Jaci n’accepte rien de tout cela, pas contre quelqu'un qui ne mérite pas cette horrible fin. Elle prendrait la jeune guerrière en cadeau, réparerait son corps brisé avec l'aide de toutes les créatures qu'elle touchait par son réflexe. Les eaux seront son air, sa subsistance, sa demeure. Et là, pour toujours, elle sera reine."

La légende de Y’Îara, comme beaucoup d'autres du folklore brésilien, est un entrelacement de personnages et de contes de plusieurs cultures - l'Ipupiara des peuples indigènes, l'Iemanjá du candomblé et la sirène européenne. Loin de la jeune fille séduisante qui attire les pêcheurs dans les eaux, la Ipupirara était un monstre brutal et redoutable qui écrasait les hommes à la mort ou les noyait et les mangeait - des choses qui, à l'époque coloniale, auraient très bien pu arriver à de nombreux chasseurs et pêcheurs attaqués par la faune locale, donnant à la légende une forte emprise sur l'imaginaire des gens.

En effet, il y a même un récit de l'historien Pero de Magalhães Gândavo dans lequel il décrit comment la créature a attaqué un homme, terrifié une femme et a finalement été abattue par le brave capitaine Baltazar Ferreira – après quoi le corps aurait été pendu dans le village à la vue de tous, afin « d'éviter les croyances exagérées et des superstitions parmi les gens du peuple ».

yara curupira size

"La trahison était plus grande qu'elle ne pouvait supporter. La jalousie et la haine de la tribu, l'incrédulité du père, la condamnation injuste. Jaci n’accepte rien de tout cela, pas contre quelqu'un qui ne mérite pas cette horrible fin. Elle prendrait la jeune guerrière en cadeau, réparerait son corps brisé avec l'aide de toutes les créatures qu'elle touchait par son réflexe. Les eaux seront son air, sa subsistance, sa demeure. Et là, pour toujours, elle sera reine."

La légende de Y’Îara, comme beaucoup d'autres du folklore brésilien, est un entrelacement de personnages et de contes de plusieurs cultures - l'Ipupiara des peuples indigènes, l'Iemanjá du candomblé et la sirène européenne. Loin de la jeune fille séduisante qui attire les pêcheurs dans les eaux, la Ipupirara était un monstre brutal et redoutable qui écrasait les hommes à la mort ou les noyait et les mangeait - des choses qui, à l'époque coloniale, auraient très bien pu arriver à de nombreux chasseurs et pêcheurs attaqués par la faune locale, donnant à la légende une forte emprise sur l'imaginaire des gens. 

En effet, il y a même un récit de l'historien Pero de Magalhães Gândavo dans lequel il décrit comment la créature a attaqué un homme, terrifié une femme et a finalement été abattue par le brave capitaine Baltazar Ferreira – après quoi le corps aurait été pendu dans le village à la vue de tous, afin « d'éviter les croyances exagérées et des superstitions parmi les gens du peuple ».

Voulez-vous en savoir plus? Eh bien, surveiller les dieux et les esprits de la forêt c'est un travail de patience.

Mais ne vous inquiétez pas, un par un nous les verrons, ils viendront. En attendant, je vous invite à me suivre sur Instagram, où je publierai chaque fois que j'ajouterai une légende à cette page.

Désolé, pas de clic droit sur cette page :)
fr_FRFR
error: Sorry peeps, this content is protected :) if you'd like to share, use our social buttons for instead